Métaphysique et littérature : Candide et le problème du mal selon Voltaire

Rodrigo Brandão, Université fédérale du Paraná
Rodrigo Brandão, Université fédérale du Paraná
Date : Le jeudi 13 decembre 2012
Heure : À 17 h 00
Type : Conférences et séminaires
Description : 
Une conférence de Rodrigo Brandão de l'Université fédérale du Paraná

La réponse chrétienne traditionnelle au problème du mal, que l'on peut par exemple trouver dans les Confessions d'Augustin quand il évoque ses rapports au manichéisme, consiste à ôter à Dieu toute responsabilité dans l’existence du mal. Cette réponse a généralement tendance à se présenter sous deux volets : d'une part, le mal est considéré comme une privation et, d'autre part, tout mal physique, comme la souffrance, reconduit au mal moral, le péché, qui en justifie l’existence.

On le sait, cette réponse traditionnelle a été la cible de nombreuses critiques à l'âge classique, mettant en crise la solution chrétienne habituelle, crise dans laquelle le Dictionnaire historique et critique de Bayle a joué un rôle essentiel. C'est autour de cette crise que les théodicées, comme celles de Leibniz et de William King, se sont développées en tant que réponse possible au prétendu fidéisme sceptique de Bayle, mais c’est aussi à partir d’elle que doit être évaluée la valeur du Candide, et comprise sa signification et sa construction interne, mais aussi sa place dans l’œuvre immense de Voltaire.

Ce faisant, on s’interrogera à partir de Candide sur le long débat concernant la réalité et la fonction du mal au XVIIIe siècle, et en particulier sur l’échec des théodicées que signe la fin des Lumières, tant chez Voltaire que chez Kant.
Public : Ouvert à toutes et à tous
Lieu : A4-166, Faculté des lettres et sciences humaines

Comentários

Postagens mais visitadas deste blog

VIII Colóquio Nacional Jean-Jacques Rousseau